Détective Conan Fan Club

Le forum des fans de détectives
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)

Aller en bas 
AuteurMessage
Sacha
Détective
avatar

Messages : 4516
Date de naissance : 28/09/1989
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 28
Localisation : Ici

MessageSujet: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   Jeu 14 Juin - 18:59

Alors on entend souvent parler du monde de la finance, mais qu'est ce exactement que le monde de la finance?

En théorie, la finance est ce qui est censé financer l'économie réelle.

Pour rappel, l'économie réelle est la relation entre les consommateurs et les entreprises, avec intervention de l'état. La richesse de cette économie réelle est mesuré par la circulation de l'argent, le PIB. On peut résumer l'économie réelle par ce schéma :


Plus de détail sur ce topic : http://dcfc.forumactif.org/t1638-petit-dictionnaire-de-l-economie-la-croissance#98498

On avait en particulier vu que cet argent qui circule est la consommation de bien et de service, ou bien de façon équivalente la somme des rémunérations, ou encore la somme des productivités. Les 3 sont liés car la rémunération se fait en échange d'un travail, donc théoriquement, les valeurs devraient être identiques. De même c'est avec l'argent de notre rémunération que l'on consomme. Donc plus cet argent tourne, plus il y a de production et de service vendu et donc plus la société "fonctionne" (en tout cas, sur un plan purement théorique et simplifié).

Mais voilà, des fois, vous ne dépensez pas tous votre salaire du mois, mais vous en mettez de coté (par exemple, caché sous un matelas). Cet argent sort donc de la boucle, ce qui diminue la circulation de l'argent et donc "appauvrit" le pays (dans le sens de manque à gagner). Mais cet argent peut être important pour un projet futur qui coûte cher, pour un fond de sécurité (car on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve), ou même pour préparer des plans retraites dans les pays où il n'y a pas de retraite. On ne peut donc pas vous interdire d'épargner. Il en est de même pour les entreprises et quelque fois les états.

Si quelques fois on a plus d'argent que ce dont on a besoin, d'autre fois, c'est le contraire, on a besoin de plus d'argent que ce que l'on a. Dans ce cas, l'idéal serait de demander à ceux qui ont épargné de nous prêter l'argent dont on a besoin, en promettant de le rendre. Mais mettre tout le monde en relation n'est pas chose aisée.

C'est la qu'intervient le monde de la finance. Son rôle est donc tout simplement de récupérer l'épargne de chacun et de le prêter à ceux qui en ont besoin. Autrement dit, à partir de mon schéma sur l'économie réelle, si je rajoute la finance, ça donne ça :


Bien entendu, en parlant de la finance comme ça, on a l'impression que je parle de banques (vous épargner votre argent à la banque, et c'est elle qui vous fait les prêts). Et en effet, les banques sont une très grosse entité du monde financier (probablement la principale), mais pas la seule. Rien ne vous oblige de passer par la banque pour prêter votre épargne, mais je vais y revenir.

Bien évidement, la somme des épargnes n'est pas toujours égale à la somme des besoins (et même très rarement égale). En général, la somme des besoin est plus importante. C'est pourquoi les banques ont le droit de "créer de l'argent" (plus précisément, les banques centrales le peuvent avant de la prêter aux banques), à condition que cet argent créé soit rendu et détruit plus tard. Ce mécanisme n'est pas sans conséquence (des fois positive, des fois négative) mais je n'en parlerais pas là. Disons juste que s'ils peuvent le faire quand ils veulent, ils évitent d'abuser pour ne pas dérégler le système.

Mais pourquoi prendriez vous le risque de prêter votre épargne? S'il y a un problème, vous pourriez le perdre. De plus si vous avez l'argent et que quelqu'un d'autre en a besoin, vous avez un pouvoir de négociation. Pour vous encourager à placer votre argent, à le prêter à d'autres (via la banque ou autre), alors on vous promet qu'en retour, on vous donnera plus que ce que vous avez prêter. Vous gagnerez donc plus d'argent que si vous cachiez votre argent sous un matelas. ce "coût de l'emprunt", c'est ce qu'on appelle un taux d'intérêt. En faisant varier ce taux d'intérêt, les banques ont un contrôle sur le nombre d'emprunt qui sera demandé (ou au moins accepté), ce qui permet de ne pas avoir trop d'écart entre l'épargne et le besoin de financement.

Prêter à la banque n'est pas très risqué, mais les taux d'intérêts qu'elle vous verse sont bas. C'est pourquoi il peut être intéressant de chercher d'autres moyen de prêter son argent, à des taux plus ou moins élevé (très très souvent plus), mais avec un risque plus important. Tout est une question de ratio risque/intérêt, et plus particulièrement de votre utilité sur ce ratio (vous savez l'utilité, la valeur d'usage qu'on a défini quand on parlait de l'utilitarisme), car le ressenti du risque et le besoin du gain d'argent sont des notions qui varient chez chacun.
Bref, il existe une autre alternative aux banques : les fonds d'investissements, des entreprises (publique ou privée) qui vont également mettre en relation les épargnants et ceux qui ont un besoin de financement. Le principe et le même et l'épargnant passe par ces fonds d'investissements pour prêter en échange d'une reconnaissance de dette avec taux d'intérêt. Notez que ces fonds d'investissements, il en existe de plusieurs sortes, spécialisé dans des domaines différent (prêt à l'état, prêt sous forme d'obligations, etc).
Bien évidement vous pouvez également vous même aller voir une entreprise dans le besoin et lui proposer votre aide (ou l'inverse, l'entreprise demande à des épargnant directement), mais ça reste rare.

Il existe plein de forme de prêt dans ce domaine sous forme de dette et reconnaissance de dette (obligation, billets de trésorerie, etc), ou sous la forme de titre de propriété (actions), où dans ce cas, ce n'est pas vraiment un prêt, mais l'achat d'une partie de l'entreprise.

Notons que ces fonds d'investissements ne prêtes pas aux consommateurs, mais seulement aux entreprises et à l'état (que aux entreprises si on passe par des actions, car on ne peut pas acheter une partie d'un état).


Voilà, je crois que j'ai tout dis pour les marché financiers primaires. Je parlerais des marchés financiers secondaires plus tard, car manque de temps.

Une petite remarque toutefois, si l'argent circule en même quantité, comment peut-on payer des intérêts? Car si je te prête 100€ et que tu m'en rend 110, il y a une "création" de 10€. Mais d'où viennent ces 10€? Est-ce que ça appauvrit forcément quelqu'un qui aura un "trou" de 10€? Ou alors est-ce que ces 10€ sont directement créé et, comme ils sont relancé dans l'économie réelle, est-ce que ça augmente le PIB (puisqu'on a rajouté 10€ de nul part)? Et ben la réponse, c'est : Les deux! :pouce2:
Mais j'y reviendrais quand je parlerais de la dette (car oui, la dette et la croissance sont liée).


Dernière édition par Sacha le Ven 15 Juin - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dcfc.forumactif.org
Sacha
Détective
avatar

Messages : 4516
Date de naissance : 28/09/1989
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 28
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   Ven 15 Juin - 16:36

Parlons maintenant des marchés financiers secondaires.

Jusqu'à présent, je vous ai présenter les marchés qui financent l'économie réelle, tout en permettant la circulation de l'argent (en évitant que l'épargne stagne et appauvrisse donc l'économie). Le marché financier secondaire, lui, est totalement déconnecter de l'économie réelle. Il consiste tout simplement à racheter "d'occasion" les produits financiers émis dans le marché primaire (obligation, action, etc).

Commençons par le début, je vous ai dit que les obligations étaient des reconnaissance de dette. Si vous avez lu mon topic sur la monnaie, vous devriez vous dire "mais Sacha, tu nous as dit que la monnaie c'était de la reconnaissance de dette, donc les obligations sont-elle de la monnaie également?"
Et ben, en quelque sorte oui. En faite il y a d'autre condition pour que la reconnaissance de dette soit de la monnaie. En particulier, la loi oblige les commerçant à accepter la monnaie. Or personne ne paye ses courses avec des obligations (mais sinon, les obligations pourraient être de la monnaie).
En fait, on avait de l'épargne sous forme de monnaie, et par la finance, on a transformé cette épargne sous une autre forme (obligation, action, crédit bancaire, ...). Pour re-utiliser cette épargne, il faut avant la reconvertir en monnaie (en retirant son argent à la banque, en revendant ses actions et obligations, ...). En fonction de la reconnaissance de dette que vous posséder, il est plus ou moins facile de la reconvertir en monnaie. Cette facilité de reconversion, c'est ce qu'on appelle la liquidité. Du coup, un produit financier n'est pas tout à fait jugé par son ratio intérêt/risque, mais par le ratio intérêt/risque/liquidité.

Bref, si vous avez épargné et transformé votre épargne en produit financier, vous pouvez avoir à tout moment besoin de cet argent. Mais la personne à qui vous avez prêter votre épargne n'a pas nécessairement les moyen de vous rembourser tout de suite. Tout comme pour la monnaie, vous pouvez "donner" votre reconnaissance de dette à quelqu'un d'autre, en échange de ce dont vous avez besoin, donc de monnaie (ou plus simplement, vous pouvez vendre vos produits financiers).

Le marché des produits financiers, c'est le marché financier secondaire. Vous pouvez vendre vos produits financiers et en acheter. Mais en achetant un produit financier, vous ne financez pas une entreprise ou un consommateur, vous permettez juste au vendeur de récupérer son épargne sous forme de liquide.

Voila, donc sans risque, sans taux d'intérêt et avec suffisamment de liquidité, ces marchés financiers ne serait qu'un moyen de prêter l'argent dont on a pas encore besoin à ceux qui en ont besoin, et que le jour où nous, on en aurait besoin, quelqu'un d'autre nous prêterait. Tout le monde se rend service et personne ne manque de moyen. Le monde parfait quoi.

Mais voilà, le trio risque/intérêt/liquidité ne rend pas les choses aussi facile. En effet, ces 3 éléments donnent une valeur à chaque produit financier. Pire, ces 3 éléments ne sont pas stable. Vous pouvez par exemple avoir prêté à un consommateur, et le lendemain, il se retrouve au chômage. Vous pouvez aussi avoir prêté à une entreprise, puis le lendemain, elle décide d'investir sur la recherche de pétrole sur la lune. La valeur de vos produits financiers peut donc varier.

Mettons que vous possédez une obligation qui dit qu'une entreprise X vous doit 1000€, qu'elle vous remboursera dans un an et avec un intérêt de 10%. On peut dire que vous aurez 1100€ dans un an. Combien pouvez vous vendre cette obligation? 1100€? non, pour deux raison, la première c'est qu'un acheteur préfère avoir 1100€ maintenant, en liquide, plutôt que 1100€ dans un an. De plus, si l'entreprise fait faillite, l'acheteur aura perdu ces 1100€.
Il faudra donc baisser votre prix pour pouvoir espérer vendre votre obligation. Vous n'êtes même pas certain de pouvoir la revendre 1000€ pour récupérer votre mise initiale. :TT:
Le prix de revente va dépendre du marché financier. Si les acheteurs sont plus nombreux que les vendeur et si tout le monde à confiance en l'entreprise, alors les prix vont augmenter et même atteindre la valeur maximale (1100€ dans notre exemple).
Notez que pour les actions, il n'y a pas de "remboursement" puisque vous êtes propriétaire d'une part de l'entreprise. Vous recevez seulement, régulièrement, des dividendes en fonction du bon état de l'entreprise. Il n'y a donc pas de "valeur maximale".

Parlons de fait "amusant", il se peut même qu'une obligation soit vendu plus chère que son prix maximale. Ce cas est dû à la spéculation : vous achetez un produit à un prix X non pas pour le consommer, mais pour le revendre à un prix Y>X. Autrement dit, qu'importe le prix, vous achetez juste pour le revendre plus cher. Dans le cas des produits financiers plus cher que leurs prix maximum, il peut arriver que des spéculateurs l’achète et le revende à d'autres spéculateurs, jusqu'à ce que plus personne n'en veule et qu'un spéculateur soit perdant (si ça arrive un jour). J'en reparlerais de façon un peu plus précise si je vous parle un jour des bulles spéculatives.

Tout ça pour illustrer les conséquences du monde financier sur le monde réel : le comportement des entreprises et de l'état n'est plus uniquement guidé par l'intérêt du bon fonctionnement de l'économie réelle, mais aussi (et surtout) de l'intérêt de ce marché financier.
-Fini les entreprises en concurrence pour satisfaire leurs clients avec des produits meilleurs et moins cher, il vaut mieux être en concurrence sur ces marché pour émettre des produits financiers de valeur, c'est à dire des bout de papier qui s'échange contre de l'or. Et pour ça, il faut être rentable, et poussé les clients à la consommation en leur faisant acheter des produits qui ne durent pas et qui se vendent bien plus cher qu'il ne valent.
-Fini l'investissement de long terme pour produire des biens et services innovants, révolutionnaires et améliorant le bien-être commun. Il vaut mieux investir à court terme, faire des nouveauté sans conséquence pour que ça dure plus longtemps et vendre plus de produit.
-Fini les bénéfices qui partent dans le salaire des travailleurs, dans le développement des conditions de travail, dans le social, dans l'écologie ou dans la sécurité, ou tout simplement dans le ré-investissement de l'entreprise. Il vaut mieux racheter des actions pour augmenter la valeur de celles restante. Il vaut aussi mieux montrer qu'on est un entreprise qui verse régulièrement des dividendes pour donner confiance aux actionnaires et augmenter la valeur des produits financiers qui, au final, ne serviront pas l'économie réelle.
-Quand le marché s'écroule, la perte ne revient pas sur les actionnaires, mais sur les employés, ou l'état quand ce dernier essai de sauver les meubles (si c'est une grosse entreprise, genre banque ou Renault)

Vous l'aurez compris, le problème n'est pas la finance en elle même, mais la dérive qu'il y a eu quant au besoin de satisfaire les agents du marché financier.

Une petite vidéo que j'aime beaucoup sur le sujet qui présente où nous mène ce marché financier qui, pourtant, était pas mal sur le papier (mais pour lequel la lecture de Smith aurait du nous permettre de nous rendre compte que ça finirait comme ça) :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dcfc.forumactif.org
Conan-Fab
PA Works fanboy
avatar

Messages : 2827
Date de naissance : 11/10/1985
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 32
Personnage préféré : Conan, Ai
Localisation : France
Emploi/loisirs : Admin du forum

MessageSujet: Re: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   Ven 15 Juin - 18:01

Sacha a écrit:
Une petite remarque toutefois, si l'argent circule en même quantité, comment peut-on payer des intérêts? Car si je te prête 100€ et que tu m'en rend 110, il y a une "création" de 10€. Mais d'où viennent ces 10€? Est-ce que ça appauvrit forcément quelqu'un qui aura un "trou" de 10€? Ou alors est-ce que ces 10€ sont directement créé et, comme ils sont relancé dans l'économie réelle, est-ce que ça augmente le PIB (puisqu'on a rajouté 10€ de nul part)? Et ben la réponse, c'est : Les deux! :pouce2:
Mais j'y reviendrais quand je parlerais de la dette (car oui, la dette et la croissance sont liée).

Je ne m'étais jamais posé la question, mais ça a particulièrement retenu mon attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://myanimelist.net/profile/Conan-Fab
MeitanteiEdogawa
A l'ombre des jeunes filles en fleur
avatar

Messages : 3263
Date de naissance : 08/09/1999
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 19
Personnage préféré : Kaori, Aya Tokiwa, Kousei, Mlle de Wittelsbach
Localisation : In meo loco.
Emploi/loisirs : Étudiant en histoire

MessageSujet: Re: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   Ven 15 Juin - 19:26

Trop de contenus, je n'ai même pas eu le temps de commencer à lire. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha
Détective
avatar

Messages : 4516
Date de naissance : 28/09/1989
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 28
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   Dim 17 Juin - 17:48

Mince, c'est décourageant? J'avais un peu peur de ça, mais il y a tellement de truc à dire dessus. Pourtant, je me sentais obligé de bien différencier l'économie réelle des marchés financiers pour la suite (j'aurais même du le faire pour Say).

Et pourtant, même là, j'ai fait un effort pour ne pas trop rentrer dans les détails (sinon, ça aurait plus être 10 fois plus long XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dcfc.forumactif.org
MeitanteiEdogawa
A l'ombre des jeunes filles en fleur
avatar

Messages : 3263
Date de naissance : 08/09/1999
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 19
Personnage préféré : Kaori, Aya Tokiwa, Kousei, Mlle de Wittelsbach
Localisation : In meo loco.
Emploi/loisirs : Étudiant en histoire

MessageSujet: Re: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   Dim 17 Juin - 18:08

Non, mais c'est forcément long, ahah, t'inquiète.

Après, peut-être que de la mise en page peut rendre ça plus fluide. Le gras est quand même un allié incroyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misao
Jiyuu no tsubasa de tsuyoku tobi datou
avatar

Messages : 3319
Date de naissance : 21/02/1998
Date d'inscription : 25/05/2017
Age : 20
Personnage préféré : Yona et Zeno
Emploi/loisirs : Pâtisserie

MessageSujet: Re: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   Dim 17 Juin - 20:08

Moi j'ai pas trouvée ça long perso, j'aime toujours autant la façon dont Sacha explique bien les choses :<3:

Par contre la vidéo je la verrai ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha
Détective
avatar

Messages : 4516
Date de naissance : 28/09/1989
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 28
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   Dim 17 Juin - 22:10

MeitanteiEdogawa a écrit:
Non, mais c'est forcément long, ahah, t'inquiète.

Après, peut-être que de la mise en page peut rendre ça plus fluide. Le gras est quand même un allié incroyable.
Oui, en effet, j'ai essayé de faire ça dans les autres topics, mais pas là en effet.
Les images peuvent aussi "lisser" le texte, mais là, j'avoue que je ne savais pas quoi mettre.
Je vais essayer de voir si je ne peux pas faire ressortir quelques mot clef ^^

Misao a écrit:
Moi j'ai pas trouvée ça long perso, j'aime toujours autant la façon dont Sacha explique bien les choses :<3:

Par contre la vidéo je la verrai ce soir.
Merci beaucoup ^^
Pour la vidéo, il me semble que je te l'avais déjà montré par MP. Mais je l'aime bien donc je t'invite à la revoir ^^
L'interview est intéressant, mais je reconnais qu'il ne faut pas être pressé pour le regarder en entier ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dcfc.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit dictionnaire de l'économie : Les marchés financiers (primaires puis secondaires)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [END] J'ai marché sur un hérisson. [Rp Oeil de Tigre / Petit Pois ]
» Le petit marché de panda!
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détective Conan Fan Club :: Discussion générale :: Savoir :: Les fiches éco-
Sauter vers: